Historique de l'association

À la fin des années 1990, un groupe de testerines et de testerins s'est ému de voir disparaître les unes après les autres les maisons du 17ème et 18ème siècle. En 1999, quelques -unes de ces personnes demandèrent à la C.L.C.V. de créer une commission « Patrimoine et Urbanisme ». En 2000, ce groupe fut rejoint par Monsieur Michel Jacques, historien local. Ils réalisèrent plusieurs actions, et constituèrent un dossier pour obtenir le sauvetage de la « Maison Lalanne », menacée par des projets de construction.

En 2001, le dossier fut refusé : la Maison Lalanne ne présentait pas les caractéristiques suffisantes; elle fut pourtant qualifiée de « très bel hôtel » par l'architecte des bâtiments de France.

Avec l'arrivée de la nouvelle municipalité en 2001, le groupe réitéra sa demande , proposa et obtint la protection de 6 bâtiments :

  • la Mairie
  • l'Église
  • la Maison Lalanne
  • la Maison Poulain ( Hôtel de Baleste ; aujourd'hui bénéficiant d'un classement national. )
  • l'Hôtel Dignac
  • la Maison de Caupos

En 2004, le renouvellement de la protection de la Maison Lalanne a été refusé en vue du projet d'implantation de « La Poste » .

Par ailleurs, le groupe a organisé la visite des « Vieux Bâtis Testerins » pour les Journées Européennes du Patrimoine, avec le concours précieux de Michel Jacques.

Durant 4 années consécutives, ces visites ont été organisées, avec toujours le même succès.

Enfin en 2008, la décision de fonder une association spécifique pour la sauvegarde du vieux bâti a été prise ; c'est la création de l'Association de Sauvegarde du Patrimoine Immobilier Testerin (ASPIT).
Assemblée générale constitutive en juin 2008.
Membres fondateurs : inamovibles pour la totalité de la durée de l'association : Anne-marie Bibonne; Christine Castaing ; Chantal Daisson; Catherine Garnier; Nicole Léglise; Francis Pédemay.

La première assemblée générale, en novembre 2008, réunissait 50 adhérents.
Immédiatement, les dossiers s’accumulent : pétition [lien] pour la sauvegarde des façades de l’école Gambetta menacées de destruction ; inventaire des maisons historiques et remarquables de La Teste de Buch [lien] ; tentative de sauvetage de l’ancien marché ; [lien] proposition de classement des quartiers « los Cassis » et « Morlana », étude critique du nouveau PLU [lien].
Liens : inclure des articles de SO et de la Dépêche correspondants

 

L’ASPIT aujourdhui

En 2011, forte de ses 150 adhérents, l’association continue à suivre les dossiers des écoles Gambetta et Jean Jaurès, sans perdre de vue le long terme, à savoir l’inventaire des maisons et bâtiments « remarquables » de la ville. Elle est toujours présente pour les Journées Européennes du Patrimoine ainsi qu’auprès des écoles de la commune pour des visites historiques.
Depuis 2010, l’ASPIT édite un bulletin semestriel pour informer ses adhérentes et adhérents de l’évolution de ses combats. [lien] ( bulletins)
L’assemblée générale extraordinaire d’octobre 2011 a voté un changement de statut qui devrait permettre à l’ASPIT d’obtenir un agrément préfectoral autorisant l’association à déposer, pour ses adhérents, des recours gracieux ou des recours devant le tribunal administratif, voire au pénal. [lien] ( C rendu AG 2011)

Article 2 :
Cette association a pour buts :

  • D’identifier, de recenser, de conserver et de défendre le patrimoine architectural, naturel et paysager et les traditions historiques de la ville de La Teste de Buch.
  • De contribuer au respect des documents d’urbanisme et plus particulièrement des chartes architecturale et paysagère en vigueur et de participer au développement harmonieux de la ville et de ses alentours
  • De veiller à la préservation de l’environnement et du cadre de vie.

 

 

 

Dernières actualités

Adhérez à l'ASPIT !

Nous contacter

téléphone

mail

Ce site utilise des cookies pour mesurer l'audience