Le massacre a commencé, et à l'abri derrière de hautes palissades fixées rue Victor Hugo, se commet un acte de vandalisme caractérisé contre notre patrimoine: Testerins, touristes, circulez, il n'y a rien à voir!

Voici quelques photos prises avant et après le premier acte de cette tragédie. On voit que le bord du toit a souffert, sans doute au moment de l'abattage des arbres. Quelle importance! Tout va disparaître, dans l'indifférence quasi générale....

 

Parking de la maison Lesca avant l'abattage des arbresParking de la maison Lesca avant l'abattage des arbresParking de la maison Lesca après l'abattage des arbresParking de la maison Lesca après l'abattage des arbres

Pourtant dès lundi matin 30 juillet, nous étions quelques uns sur les lieux à manifester spontanément notre colère, tandis qu'une entreprise venue, semble-t-il, de Bergerac, commençait à scier les grilles et à démonter les piliers du parc. Avec notre banderole, arme si dérisoire face aux bulldozers des démolisseurs, nous avons ralenti la circulation de la rue pour essayer de sensibiliser les automobilistes, jusqu'à ce que l'arrivée des patrouilles de la Police Nationale et de la Police Municipale nous oblige à cesser la manifestation.

maison Lesca 30 juillet 2012 039

Le portail ayant disparu, et en l'absence de toute interdiction d'entrer ou de panneau "propriété privée", quelques badauds, croyant sans doute avoir affaire à un jardin municipal, sont entrés jeter un oeil sur ce parc magnifique: ils ont bien fait, car il n'existe plus aujourd'hui! Sous peu également, ils ne verront plus la maison, dont les photos disent assez ce que la commune aurait pu en faire, si la municipalité avait choisi d'y implanter son annexe administrative, ou une auberge de jeunesse, ou tout autre bâtiment public au service des citoyens de La Teste. Mieux! Quel site idéal avions-nous là pour un Musée Municipal, tant attendu, abritant de surcroît les Archives et la Bibliothèque Municipales, au centre d'un parc public aux arbres centenaires, indispensable poumon vert dans l'univers de plus en plus bétonné du centre ville. Cela aurait coûté tellement moins cher que les millions d'euros qu'il va falloir rembourser pendant trente ans à une banque propriétaire du futur et pharaonique Hôtel de Ville...

A l'heure des bilans, personne à La Teste ne pourra dire: "Nous ne savions pas!" Car chacun le sait, et laisse faire !

Voici une dernière image pour voir ce qui reste de cette pauvre maison aujourd'hui 17 août, car le second acte de la tragédie a commencé!

au bulldozer

 

Afin de valider la décision d'ester en justice prise par le Conseil d'Administration, une Assemblée Générale Extraordinaire aura lieu le mercredi 25 juillet 2012 à 19 heures à l'Hôtel de Baleste, 10 rue Jean de Grailly à La Teste de Buch.

raccord-avant-concertSamedi 7 juillet , cinq musiciens de l'ONBA ont enchanté les amis d'ASPIT venus nombreux soutenir notre action pour la défense d'un patrimoine testerin en péril. Deux à trois cents personnes ont pu ainsi apprécier un programme éclectique, où des œuvres du XVI° au XX°siècle parfaitement choisies permettaient de mettre en valeur toutes les possibilités expressives de ces superbes instruments de cuivre.

École Gambetta La Teste de BuchVous devez vous souvenir que c'est à l'Assemblée Générale du 6 novembre 2009 que le CA de l'Aspit a proposé le lancement de la pétition.
Nous demandions le maintien de toutes les façades de l'école. En effet, la façade côté Mairie peut
paraître la plus intéressante ; cependant il nous semble que celle faisant face à l'église, bien que moins « remarquable », devrait être conservée

Ce site utilise des cookies pour mesurer l'audience